Il n'y a pas de raisons ... cette pimbêche de Meghan a ouvert la voie : Oprah a le droit de tout entendre et de recueillir toutes les confessions !

Ev_zqi-WEAADaXNNe me demande pas pourquoi mais il y a des choses qui ne me sont pas encore passées dessus : oui, on peut encore le dire ... le mythe est intact ... je n'ai toujours pas regardé la moindre minute d'un épisode de "La petite maison dans la prairie".
Oh bien sur, je me suis renseigné et je connais cette connasse de Nellie Oleson, peut -être encore plus pute que Lavinia dans "Princesse Sarah" mais je peux te le dire : je n'ai toujours pas réussi à regarder la moindre minute de ce truc ni de la série séquelle "Les routes du paradis". 
Ce n'est pas une opposition de principe ... c'est juste que cela m'a l'air tellement dégoulinant et inintéressant que je n'ai jamais pris le temps. En soi, ce n'est pas grave mais cela surprend ... un peu comme quand j'explique que je n'ai jamais regardé "Beverly Hills" non plus, "Grey's anatomy" ... "Les oiseaux se cachent pour mourir" ou encore "La vengeance aux deux visages". 
Et la liste est encore longue comme ma b... bref ! 

Ev_zqj5XMAMvZl0Tu sais que pour échapper au service militaire, j'ai simulé ? Ah oui, j'ai même bien simulé ... dans les grandes largeurs même. Rassure-toi, je n'ai pas expliqué que j'étais tellement homosexuel que toute cohabitation dans un dortoir de caserne était impossible. Non non ... j'ai fait des choses bien plus subtiles. Je n'ai pas essayé non plus de simuler d'être un malade mental [c'eût été trop facile]. Non non, j'ai fait les choses autrement : comme je n'avais pas les pieds plats et que je ne voulais pas passer quelques semaines savoureuses dans une unité de soins psychiatriques [voire être objecteur de conscience], j'ai fait ce que je sais faire : j'ai joué la comédie. Et il faut croire que je suis un bon acteur pour les militaires parce qu'il y ont cru à ma surdité de l'oreille gauche. Ah certes ... il aura fallu beaucoup de concentration pour que l'ultime test destiné à définir mon champ auditif soit cohérent ... et je t'avoue qu'il a fallu s'y reprendre à deux fois parce qu'à un moment, je me suis un peu loupé. Mais cinq heures après être arrivé dans la caserne à Blois pour faire mes trois jours, j'étais sur le quai de la gare, de retour chez moi avec une belle exemption.

Ev_zqjAXAAElQcMJe me souviens de ces dialogues avec lui comme si c'était hier. J'étais fougueux et je cherchais plein de choses dans tous les sens. Et puis, un jour, un jeune homme m'a abordé sans vraiment oser le faire après avoir lu ici quelques lignes. Cela m'a rappelé la prise de contact que j'avais eue avec un blogueur star de l'époque avec qui j'avais eu envie de passer à l'acte. Là, ce garçon était jeune, 18 ans fraîchement [il m'avait montré sa carte d'identité par webcam] et le bac en poche, il était la proie d'interrogations multiples qui ne touchaient pas seulement son avenir professionnel qu'il voyait être technologique [il se débrouillait super bien, manifestement] et ailleurs. En creusant le "ailleurs", j'ai rapidement compris qu'il peinait à réconcilier sa foie musulmane, la pression familiale et le fait d'être attiré par les garçons. "Au moins, là bas, on s'en moquera" m'avait-il balancé pour expliquer qu'il serait plus à l'aise en Californie à remplir son écran de lignes de codes. Charmeur comme je suis, j'ai dérivé sur ce plan là en le poussant dans ses retranchements. Tantôt les discussions s'arrêtaient nettes parce qu'il ne faisait pas face, puis il revenait le jour suivant et nous allions plus loin. S'il a fini par se déshabiller et a accepté de se donner du plaisir devant moi [alors qu'au départ, il pleurait quand il bandait en pensant à des garçons, jugeant qu'il trahissait l'amour de sa mère], il ne s'est rien passé néanmoins parce que je ne couche pas avec mes lecteurs. Je l'ai rencontré une fois à Denfert. Nous avons marché une heure environ ... il voulait me voir pour me remercier parce que j'avais réussi à lui faire comprendre qu'aimer coucher avec un homme n'était pas nécessairement contraire à sa foi et que c'était loin d'être grave. Je n'ai plus eu de nouvelles après ... mais je l'ai revu plusieurs fois dans des scènes porno tournées par des studios US ... Akim était parti aux Etats-Unis comme il l'avait décidé et vivait manifestement beaucoup mieux ses désirs.

Ev_zqi4XcAEcZYPIl y a du vrai dans la maxime qui veut qu'on peut faire faire ou faire dire n'importe quoi à un homme qui bande. Cette star de la télé m'avait remarqué depuis la première fois que nous nous étions croisés. Dans cette réunion qui devait permettre de finaliser son contrat avec la chaîne, je n'étais là que pour prendre des notes et écrire ce qui aurait été convenu entre le responsable de la chaîne et son avocat. Lui était manifestement concentré sur autre chose et j'avais croisé plusieurs son regard sur moi. Quelques jours plus tard, j'avais reçu des invitations pour aller sur un tournage, son assistante de production avait insisté pour que je sois au premier rang. J'avais 23 ans, je vivais mon rêve de bosser à la télévision, je me laissais porter. Et puis, un soir alors que j'allais rentrer chez moi, je l'ai croisé [je ne crois pas beaucoup au hasard présentement]. Il m'a proposé d'aller boire un verre, cela s'est éternisé ... il parlait beaucoup, essayait d'ouvrir des portes que je refermai obstinément. Les promesses arrivèrent, il pouvait me garantir plein de choses, il l'avait fait pour tant d'autres mais il fallait que nous restions discrets. D'ailleurs, pour me mettre en confiance, il m'avait expliqué que les gendres idéaux sous les projecteurs le sont moins quand la lumière est éteinte, me laissant finalement deviner de qui il parlait sans vraiment prendre beaucoup de précautions. A mes "vous" destinés à maintenir un peu de distance, il opposait un "Nan mais attends, on peut se tutoyer, tu peux m'appeler par mon prénom. Je nous sens proches". Je me souviens encore de sa voix me disant cela, je revivais le sentiment d'être pris au piège comme lors de cette première boum où j'avais refusé de sortir avec cette fille qui pleurait et rameutait ses copains pour me faire céder. Je me souviens très bien avoir été frappé par le fait que sa voix était la même qu'à la télé ou à la radio ... aussi mielleuse que lorsqu'il fallait supplier de rester là parce qu'il revenait après la pub. Sa main sur la mienne n'est pas restée longtemps, ce fut le signal qui me décida à partir. Le lendemain, une assistante de production vint me voir pour me dire qu'il était contrarié et que cela ne se faisait pas parce qu'il avait le bras long. Elle m'avait même demandé si je réalisais qui il était ... je n'ai plus jamais eu de contacts. L'émergence de certaines carrières, tant par le passé qu'après, m'ont paru plus claires.

Et encore, je ne t'ai pas tout dit ...

oprah-meghan-what

Tto, qui pourrait écrire plein de livres