EvLTBbRXMAgEQfgLe vintage n'est pas l'apanage des brocantes miteuses, des vieux greniers constellés de toiles d'araignées ou des shows baignant dans la naphtaline de Sophie Davant. La culture gay baigne aussi dans le vintage et la publication du livre "Ils s'aiment" [rassemblant des photos de couples d'hommes qui se sont aimés entre 1850 et 1950] a ravivé la fibre nostalgique sensible des années passées.

Le plus troublant, c'est que l'iconographie employée il y a des temps quasiment paléolithiques varie assez peu de celle que tu pourrais retrouver sur des supports érotico-pornographiques employés aujourd'hui sur des vignettes de films ou des publications éditées. La persistance des codes des corps [appelant beaucoup au néoclassique antique, aux lignes militaires et autres] est si remarquable qu'elle appelle d'autres publications et notamment un compte twitter qui s'est fait une spécialité de ressortir les icones et iconographies d'un temps lointain mais qui sonne étrangement comme une inspiration directe de ceux qui sont employés aujourd'hui.

Ici des moustachus, là des militaires, des docteurs zélés ou encore pléthore de nus masculins ...
La constance si désarmante [alors que les modèles ne le sont pas] est alliée avec un travail de l'image qui n'est pas sans rappeler que l'époque a changé notamment s'agissant des contrastes et postures.

Un petit goût de connu avec, aussi, le vernis passé des excitations d'antan ... à une époque où la subversion n'était pas se faire enfiler tous les jours pour contenter les abonnés d'un Onlyfans désireux de rentabiliser leur abonnement mensuel de quelques dollars, mais de laisser circuler des publications ou des photos licencieuses qui éveillaient davantage de fantasmes parce qu'elles dévoilaient quelques queues et fesses sans verser dans l'anatomie pornographique actuelle.

Image Image Image Image Image Image Image

Ces images sont extraites du compte twitter Old Mascuiinity [réservé à un public averti].

Tto, pour qui le désir n'a pas d'âge