Je dois l'avouer, je n'étais pas fier d'avoir l'idée de proposer à mon père de faire un test ADN. Son rapport compliqué sinon insondable avec ses origines résulte évidemment du fait qu'il a été abandonné par ses parents à sa naissance et qu'il a été adopté de façon plénière par mes grands parents. Cette rupture totale qu'il avait accueillie avec une violence évidente est, soi disant, un non-sujet pour lui depuis des années, depuis qu'il a essayé de retrouver la trace de ses vrais parents sans succès. Toutes les traces ont été effacées et il n'a pas cherché plus que ça.

Sauf que si lui se targue de ne pas être intéressé par cela, tel n'est pas le cas pour moi et j'avoue ne pas renoncer ni vouloir le faire. Sauf que ... sans lui, c'est compliqué. Aussi, en guise de cadeau de Noël et après que ma mère et moi ayons fait un test ADN [qui a confirmé que je suis bien le fils de ma mère, ce dont personne ne peut douter une fraction de seconde] l'année précédente, je lui ai offert un coffret en lui disant qu'il pouvait évidemment refuser. Il ne l'a pas fait ... refuser j'entends. Donc oui, il a bien fait la démarche et dimanche dernier, il a reçu ses résultats ...

Qu'est ce que cela nous apprend ?
Déjà, je suis le fils de mon père [mais là aussi, il n'y a pas beaucoup de doute même si nous nous ressemblons physiquement assez peu].

Tu imagines bien que le sel de ce billet se trouve ailleurs ...
On apprend aussi, contrairement à ce que j'avais envisagé à tort, qu'il n'a pas d'origines ibériques ou italiennes nonobstant le fait qu'il est très brun, un type de peau assez mate. Et vlan, première surprise : les traces ibériques traînant dans mon génome sont donc à mettre au crédit de mon ascendance maternelle et donc, par déduction, au crédit du père de mon grand-père maternel dont on ignorera jusqu'à la fin des temps l'identité.
Enfant abandonné, j'avais espoir qu'un lien puisse se faire entre mon père et quelqu'un d'autre. Et figure-toi que l'on n'est pas loin d'y parvenir. En tout cas, on peut clairement restreindre les recherches sur une zone géographique qui sort du lot : les Etats-Unis ! Bigre ... mais pas seulement. contre toute attente, mon père a des origines écossaises ou irlandaises très prononcées. Cela provoque des connexions en nombre sur les Etats-Unis, par le jeu des flux migratoires. Oui mais, en quoi serait-ce intéressant ? Et bien, si tu prends le fait que mon père est né en 1949 dans un ville où, à moins de cinquante kilomètres on trouvait une base militaire américaine qui fut démobilisée en 1962, voilà bien un fil qu'il va falloir tirer pour en savoir plus parce que mon imagination a déjà fait le lien : le père biologique de mon père est probablement un militaire américain qui est retourné dans son pays une fois la mission française achevée pour ce qui le concernait. "Au moins, je ne suis pas le fils d'un soldat allemand" a confié en réponse mon père.

Je vais maintenant essayer d'épelucher tout cela désormais et attendre, comme cela m'est arrivé souvent, que la bouteille à la mer ainsi lancée puisse ramener quelques informations, avec le ferme espoir qu'il en revienne quelque chose parce que les Etats-Unis sont un pays particulièrement cartographié au niveau ADN, donc avec un maximum de possibilités par rapport à d'autres.

Le fil est mince, je te le concède. Mais, figure-toi, je trouve qu'il est bien plus épais qu'il y a quelques jours !

Tto, qui repart en recherches diverses et très variées