Noël insolubleSouviens-toi ... l'année dernière, la crise c'était que je ne fasse pas de sapin de Noël. Ouh la la, que n'ai-je entendu en la matière, à m'expliquer que ça y est j'étais presque suicidaire, j'avais perdu mon âme d'enfant, tout était chaos et pas qu'à côté ... bref, j'en ai entendu des vertes et surtout des pas mûres [ce qui, à cette saison nonobstant le réchauffement climatique, n'est pas si surprenant].

Les années d'avant [rien à voir avec Sophie même si elle est d'avant Davant], la crise c'était les listes de cadeaux, le repas de Noël, la bûche qui est foirée, les travaux de la salle de bain qui ne sont pas finis, ma mère qui t'explique que c'est sûr elle a un cancer donc c'est son dernier Noël, le ménage, faire le sapin en catastrophe à la dernière minute .... le catalogue est quasi interminable tant je peux me souvenir de bonnes excuses pour créer des problèmes et faire en sorte que ce soit pénible. C'est peut-être pour cela que Noël, c'est toujours un truc difficile pour moi, depuis très très longtemps.

Cette année ne déroge pas à la tradition. Non seulement je m'obstine à ne pas faire de sapin, mais voilà qu'en plus je joue les terroristes à exiger trois semaines avant l'échéance des listes sinon c'est panoplie de Nadine Morano ou Patrick Balkany pour les récalcitrants. Le fait est qu'à part mon beau-frère, j'ai eu tout le monde et je suis en train de balancer les dernières commandes au méchant Amazon. Donc quoi ... il n'y aurait plus rien pour se plaindre ou créer des problèmes ?

Ah mais si ... il y a le fait que je ne me réjouisse pas à l'idée de faire un repas de Noël alors qu'on va se concentrer autour d'un table dans une période où les regroupements sont à proscrire [sauf le 24, le 25 et le 31 parce que le vilain virus va accepter de suspendre ses effets délétères juste pour qu'on puisse fêter Noël et la fin de l'année]. Oui non, faire autant d'efforts et veiller à faire tant attention depuis le 16 mars 2020 pour tout flinguer le soir du réveillon parce que c'est bon hein, il faut vivre quitte à faire crever tout le monde [salut Nicolas Bedos, toujours aussi fier de ta connerie ?] ... bah oui, je ne comprends pas et j'ai du mal à m'y résoudre.

Tu l'as compris : c'est l'organisation des repas qui est le sujet de l'année. Après avoir rappelé qu'il ne faut pas être plus de six [autant te dire que quelle que soit la configuration, ça ne passe pas], qu'il faut une grande table et aérer au maximum, j'ai accepté, si les conditions sont remplies et que cela n'est pas dangereux, le principe de quelque chose dont il faut encore déterminer quand il aura lieu. Le 24 au soir ? Le 25 à midi ? Et tu sais quoi, c'est à moi [qui n'a aucune envie de sacrifier à la tradition] qu'il revient de savoir quand on va faire ça ? Elle n'est pas belle l'ironie ?

D'autant que ... c'est le même bazar du côté de chez Zolimari où son oncle [qui proclamait qu'il n'y avait pas de Covid-19 en Normandie où il vit] s'est invité chez la grand mère de Zolimari qui a 92 ans parce que le fils de son épouse a été coronavirussé et qu'il ne veut rien faire avec eux [tiens, je croyais qu'il n'y avait pas de virus en Normandie] ! Du coup, cela fiche un bordel sans nom ... et il faut trouver quoi faire pour essayer de se voir sans s'approcher, tout en faisant quelque chose ah oui mais non pas complètement. C'est insoluble et je me dis que c'était plus simple quand on était sur un bateau en plein Antarctique.

Ce qui me frappe le plus, c'est l'égoïsme des gens en ce moment. C'est leur plaisir de faire Noël avant toute chose, avant de réfléchir, avant de se protéger. Bien qu'un peu gros, je ne suis pas forcément celui qui risque le plus dans cette affaire mais je ne voudrais pas qu'en cadeau bonus de Noël, quelqu'un soit malade et en ait des séquelles, tout ça pour un repas où l'on va encore trop mangé, on sera crevé parce qu'il y aura trop de bruit et j'en passe. 

Ah oui, c'est nul Noël hein ...

Tto, qui n'est pas ravi ni de la crèche, ni d'ailleurs.