L'embellie

Tout pile un mois ... un mois de souffrances et d'épreuves qui ne sont pas finies mais depuis hier, j'entrevois une petite lumière. Tu sais ... cette lumière espérée alors que le tunnel est tout noir.

On n'est pas au bout de la peine, de la sueur et des angoisses mais une discussion hier m'a fait le plus gand bien et nous en parlerons demain, le temps que je dégrossisse tout ce que j'ai pris dans la tête.

Alors oui, déjà hier soir, le ton de ma voix n'était plus le même, un brin de dynamisme s'était emparré de moi à nouveau et j'ai même recommencé à sourire et rire. C'est un signe qui ne trompe pas ... tout comme ne trompe pas le fait que j'ai enfin repris ma tondeuse pour égaliser cette barbe de réfugié moldave qui, par comparaison, donnerait du style à celle de David Letterman.

Alors oui, il y a une embellie parce que j'ai compris une chose, j'en ai admis d'autres et j'essaye de voir les choses un peu différemment parce le problème a tourné un peu. Oh pas grand chose mais ces quelques degrés de différence changent aussi la perspective même si l'obstruction demeure. Les psychologues de comptoir diront que j'ai enfin touché le point le plus bas et que je suis donc en train de remonter ... ou pas.

En tout cas, j'ai le sentiment que la spirale infernale a perdu de la vigueur et qu'un peu de sérénité rôde à nouveau, croquant doucement la noirceur actuelle. Oui, une embellie ...

Tto, qui semblerait remonter un peu