Deep insideJ'avais trouvé encourageant de ne pas rêver de travail et d'une énième crise de stress mettant en jeu, tour à tour, la sécurité nationale, la vie de plein de gens ou je ne sais quoi d'autre. Oui, samedi matin en me réveillant quelques dizaines de minutes avant ma séance de sport, j'étais presque soulagé.

Et puis, tout est revenu les nuits suivantes. Le résultat est imparable : fantomatique hier, démoli ce matin. Si l'économie et l'équilibre du monde tourne mal, la machine à laver en programme essorage de laquelle je ne parviens pas à m'extraire tourne, elle, très bien, très vite et sans pitié.

Tout ça pour te dire quoi ?
Je vois bien que je ne remonte pas mais j'en viens à me demander si je le veux vraiment ... les plus indulgents diront que je ne le peux pas. Avec un coach, je vais regarder ce qui se passe dès cette semaine. Demain matin, un spécialiste des comportements je subis en ce moment va m'écouter aussi. J'ai aussi fait le compte de mes droits individuels à formation pour me payer un bilan de compétences.  Il faudrait aussi que j'aille chez le coiffeur parce que mon look de réfugié moldave ayant passé 15 jours dans un squat n'aide pas vraiment à remonter l'estime de soi ... il faudrait.

Je ne réponds plus à la question "Comment ça va" parce que j'en ai marre de prendre sur moi pour ne pas hurler ma détresse actuelle. "Je ne réponds plus à cette question", telle est ma réponse qui vaut ce qu'elle vaut mais au moins ne m'oblige pas à jouer. 
Les introspections remuant tout à l'intérieur ravivent les fantômes du passé et les terreurs d'antan occupent déjà un espace providentiel que je leur avais refusé depuis des années. "C'est à cause du confinement", "C'est normal c'est la rentrée" ou autres "Tu devrais t'arrêter" sont autant de choses auxquelles je n'ai plus envie de répondre quand bien même venant de gens qui ont fait l'effort un peu désespéré de me faire un signe [oui parce que ceux qui ont fait l'effort de me connaître savent bien qu'ils n'auront pas de réponse ou que je n'appuierai pas sur l'épaule qu'ils me tendent].

A la lourdeur ambiante, j'ajoute donc le fardeau de remuer le reste de ce qui m'épouvante. Ca manquait ...

Tto, qui s'enfonce