ça va rentrer 2020 - 0

C'est probablement la seule chose qui m'a aidée à me lever ce matin : savoir que nous sommes vendredi. Le marathon hebdomadaire va trouver son terme et je n'ai pas d'autre ambition que d'y parvenir moins démoli que les autres jours aux alentours de 18h lorsque je refermerai mon PC et que mon esprit se videra un peu. Parce qu'il me faut être honnête : si tu attends que je touche le fond pour remonter, oui je pense l'avoir touché même si la remontée n'est pas franchement spectaculaire.

Qu'importe qu'il fasse moche, qu'il fasse froid ou que sais-je encore : l'essentiel est d'avoir le temps de me blottir contre Zolimari et de profiter de la protection que la chaleur de son corps me procure, toute apaisante et vaguement rassérénante qu'elle soit. Tu as l'impression que je suis un polytraumatisé ? Bien sur que non, je suis simplement à terre et blessé assez profondément.

Du coup, la perspective du wikende [trop court] est une oasis dont je connais l'urgence de profiter parce que le nouveau rouleau compresseur arrive juste derrière. C'est finalement ce qui est le plus angoissant : se dire que la respiration du wikende sera si fugace qu'il faut en profiter en étant obsédé par l'idée qu'elle est si courte. Du coup, cela en gâche la substance.

On fera le bilan de tout cela bientôt parce que les décisions annoncées sont en train de se prendre. La lucidité me revenant, je trouve un peu plus d'énergie à consacrer à donner des perspectives. Fidèle à mes habitudes, je remets des choses en place et trie les pièces d'un puzzle qu'il faudra bien réussir à assembler, même partiellement.

Je ne sais pas de quoi demain, lundi ou la semaine prochaine sera fait. Je sais simplement que quelques éléments se mettent en place, quelques soupapes devraient s'inscrire dans le décor et enfin que le fait d'être si malheureux en ce moment pourrait s'estomper progressivement si l'alignement des choses que j'essaye de provoquer se réalise. En disant cela, j'ai conscience qu'un peu de sérénité ne demande qu'à revenir, ce qui est déjà une révolution par rapport aux spasmes et états de choc d'il y a encore quelques jours.

Tto, qui trouve aussi qu'il est bien entouré