Roux

2019 - BEST OF

Publié le 7 novembre 2013

Longtemps, j'ai cru que j'étais le seul ... le seul à faire une fixation sur cette couleur de cheveux qui me valut tant de regards peu complaisants, tant de railleries, tant de mises en boites qui ne procédaient plus de l'humour, tant de ... différence.

On n'aime jamais la différence, où qu'elle puisse se nicher, résider ou même de la façon dont elle se matérialise. Petit, tout est sujet et prétexte : la taille, les traits, la couleur de peau jusqu'à la couleur des cheveux. C'est d'autant plus certain que ceux qui ne sont pas passés par là ne peuvent imaginer à quel point c'est conditionnant pour l'avenir.

Avec le temps, va tout s'en va ... y compris cette couleur orange qui était la mienne [et beaucoup plus prononcée qu'aujourd'hui], y compris ce volume bouclé qui aurait pu faire en sorte de me confondre avec un Jackson 5 rouquin ... Avec le temps, tout s'évanouit dit la chanson, oui ... "tout", c'est très exagéré parce qu'il en reste toujours quelque chose.

C'est moins marquant chez une fille, ce que ma mère [qui est rousse, à l'instar de mon grand-père qui l'était aussi] a longtemps eu du mal à entendre ... forgeant ainsi chez moi le culte de l'homme brun [comme mon père et mon frère]. Bêtement et à raison de la négation de toute virilité que je voyais dans la couleur de mes cheveux et qui m'était renvoyée aussi par mes congénères prompts à stugmatiser pour rien y compris à raison de cette différence, j'ai commencé à haïr mes cheveux.

Vers dix ans, j'ai décidé de me couper les cheveux plus courts ... faisant le désespoir de toutes ces mémés qui se seraient saignées pour avoir le volume et la couleur de ma tignasse. Vers quinze, je me suis hooliganisé consdérant que ces cheveux ne devenaient supportables qu'à une longueur ne dépassant pas le double centimètre. A vingt ans, les 3 millimètres devinrent l'étalon définitif jusqu'à ce jour.

Tout cela, tu le sais déjà, je l'ai déjà raconté ... Mais voila ... les choses changent parfois. Pas moi, les autres.
A la faveur de certains surfs sur des tumblr pornographiques épouvantablement excitant parfois, horriblement vulgaires et indécents également, je suis arrivé à un constat surprenant, un état de fait édifiant. Oui parce que le roux bignole et en conclut qu'il est furieusement tendance ! Le porno est dans une phase red-haired wave.

Tous les jours, je croise des photos, des films, des vidéos mettant en scène des hommes aux cheveux oranges. rasés de près ou pas, corpulents ou non, passifs ou actifs [le plus souvent actifs d'ailleurs], jeunes ou plus âgés ... c'est la déferlante des "Poil de carotte" et cela m'interpelle à plusieurs titres.

D'abord, cela confirme ce que Zolimari me dit depuis très longtemps : c'est mignon les roux [étant précisé qu'il est toujours exaspéré  de constater que je ne suis pas encore persuadé de cela].
Cela confirme aussi qu'il y a un véritable fantasme de l'homme roux chez nombre de gens [hommes ou femmes]. S'agissant des femmes, je ne l'ignorais pas pour l'avoir expérimenté. Pour ce qui concerne les garçons, je ne pouvais honnêtement l'ignorer non plus mais je n'arrivais toujours pas à le comprendre au motif que je ne parviens toujours pas à comprendre que mes goûts ne soient pas ceux des autres ... en ce compris mes dégoûts. Or, comme rappelé plus haut, la rousseur d'une capillarité ne fait partie du tout du spectre qui m'est personnel.

Oui ... je suis surpris qu'autant de mecs aiment mettre des bâtons dans les roux ou le contraire. Surpris, toujours et encore ... et probablement jusqu'à la fin de mes jours tant ce qui me caractérise est cette profonde répulsion pour la couleur de mes cheveux. Tu n'imagines pas à quel point j'ai loué le ciel lorsque j'ai constaté que mes cheveux fonçaient pour quitter l'orange vif et tendre vers le châtain orangé : ce jour là, je me suis dit que tout n'était pas perdu. Alors qu'aujourd'hui, cette singularité colorée devienne un attrait, une denrée rare de nature à aiguiser les appétits, cela créé de la dissonance, cela ne rentre pas dans mon logiciel personnel nonobstant les propos rassurants des uns et des autres sur mon sex-appeal, sur le caractère unique et moins fade du physique en résultant ...

Tous ces roux, emmanchés et emmanchants, fiers de leurs attributs malgré ce que j'ai considéré comme honteux parce que différent, me donnent soudainement l'impression d'une normalité voire d'une valeur. C'est troublant et cela me rend perplexe ... à telle enseigne que, bien que tu trouves forcément certains propos de ce messages ridicules et d'une crétinerie sans nom, j'ai besoin d'en parler aujourd'hui ... à la mesure de la souffrance qui fut la mienne d'avoir sur ma tête ces cheveux insupportables jadis. Jadis parce 'aujourd'hui j'affiche ma couleur de cheveux davantage puisque ma barbe est également rousse et qu'elle est probablement plus longue que mes cheveux. Ce n'est pas une roux-coulade, juste un roux-tournement.

Tto, mignon tout plein parait-il bien que rouquin