ça va rentrer 2020 - 0

Ah ... oui c'est vrai ... il faut un titre, un angle, quelque chose à dire et même un truc rigolo pour accrocher le lecteur. Il faut aussi l'envie, le temps, la place. Bref, c'est comme une recette de gâteau, tous les ingrédients sont nécessaires pour que la rampe de lancement soit la plus propice à entamer de la meilleure des façons. 

Quand on fait sa rentrée pour la quinzième fois [oui oui, c'est la saison 16 mais souviens-toi ... le sintervales, c'est traître], on va dire qu'on commence à avoir une certaine habitude. On va aussi envisager qu'on a clairement utilisé tous les artifices possibles et c'est bien cela le problème depuis des années : le risque de faire et refaire et donc de tourner en rond. Sauf qu'en avoir conscience, c'est aussi s'en garder.

Ainsi donc, la nouvelle époque [oui, j'ai trouvé cela plus classe de parler d'époque que de saison] commence aujourd'hui avec son lot de rendez-vous attendus qui sont autant de piliers pour soutenir l'édifice mais aussi de nouvelles tentatives qui feront florès ou non. Nouvelle époque certes mais pas une révolution pour autant puisque tu auras noté déjà graphiquement que tu vas retrouver tes habitudes, que le ton ne va pas changer non plus, que le ryhtme quotidien est encore assumé mais ... nouvelle époque aussi parce que des angles plus personnels vont aiguiser le propos, parce que quelques rénovations ont eu lieu cet été et enfin parce qu'il n'est pas question de faire toujours la même chose.

ça va rentrer 2020 - 2Comme je l'avais fait jadis, des visuels ont été fabriqués pour annoncer la nouvelle époque. Ok ok, les jeux de mots sont passables [et encore, tu as évité celui-ci : "Nouvelle époque, Cha (va) rentrer comme on dit à Angoulème"] mais on s'en fout ! Tu sais, cette nouvelle époque va faire en sorte qu'on va se prendre la tête parce que les sujets et thèmes que j'ai dans la tête vont le provoquer. Mais qu'importe ... les réquisitoires vont signer leur grand retour [je n'en ai fait que trois la saison précédente ... une honte], on va aussi parler de sujets bien saillants comme la dimension politique d'être homosexuel, de religion, de culture, d'icônes ... le tout dans un bain bouillonnant virologique qui permet à tout le monde de dire n'importe quoi sans complexes. D'ailleurs, si cette époque 16 porte ce numéro qui correspond au numéro atomique du souffre, ce n'est peut-être pas par hasard.

Quoi te dire de plus ? Rien ... tu vas tout découvrir au fur et à mesure et, ce wikende, je t'accompagnerai plus directement que tu ne l'imagines dans un billet d'une forme totalement nouvelle ce dimanche. Tu vas découvrir certains ajustements visuels mais surtout, dès aujourd'hui, tu peux te dire une chose : c'est reparti pour un tour !
Sinon, tu as passé un bel été ? Ici en tout cas, c'est avec des records d'audience que je suis rentré hier.

Tto, tout frais rentré