la premiere fois

Blog crossing Glimpse Tto

Il arrive, parfois, que sans crier gare ni autre forme de procès, deux blogueurs malicieux et un brin facétieux aient décidé de réserver à leurs lecteurs une petite surprise. C'est d'autant plus certains qu'aujourd'hui, Glimpse et Tto ont décidé d'unir leurs forces et de proposer leur premier blog-crossing. Comme ce sont des enfants pas sages, un peu chahuteurs ... ce blog crossing sera un peu coquin ou pas. Il donnera en tout cas l'occasion de lire leur approche particulière d'un même élément. Le principe est simple : chacun des deux a choisi une photo et chacun d'eux a écrit un texte au sujet de chacune des photos. Il y aura donc 4 textes à lire mais attention aucun des deux n'a lu la contribution de l'autre avant d'écrire la sienne et chacun des deux va publier sur son blog les textes de son alter ego ... Après la première salve de la semaine dernière, voici la seconde partie du blog crossing avec la photo choisie par Tto


Blog crossing - Photo Tto

On aurait pu choisir de rester à l'ombre d'une certaine conception de la vie, de rester dans l'ombre pour ne pas être trop visible, de rester sur le bord du chemin de la civilisation, d'accepter notre sort à défaut de vouloir changer les choses, de vivre caché pour vivre heureux.

C'est longtemps ce que j'ai tenu pour naturel. Parce qu'il n'y avait pour moi aucun modèle me montrant qu'une autre voie était possible. Parce que je n'imaginais pas un seul instant qu'il soit possible de construire une vie que l'acception générale considérait comme normale. Parce que rien dans ma vie, dans les médias, ni dans mon entourage ne m'autorisait à penser qu'il était ne serait-ce que concevable de ne pas être dans l'ombre.

Parce que rester à l'ombre est confortable, parce que cela ne fait pas débat, que cela n'entraîne aucune discussion, ni ne suscite aucune réflexion sur tous les possibles qui nous sont offerts par la vie. Parce que rester à l'ombre protège, parce que lorsque l'on n'est pas dans la lumière, on est laissé tranquille.

Ma nature plutôt réservée m'a toujours conduit à rester à l'ombre, à refuser toute forme de lumière qui aurait pu me mettre mal à l'aise, à me tenir dans les recoins, toujours à l'écart, parce que je savais (j'en étais persuadé) que je n'avais pas la même voix au chapitre que les autres.

Et puis, les choses ont évolué.

Une ouverture en 1999, un espoir en 2007 et enfin, une concrétisation toute proche en 2012 : de l'état de sous-citoyen, je suis en passe d'accéder enfin aux mêmes droits que mes parents, ma soeur, mes collègues de travail, mes voisins, mon médecin... Celui d'avoir le choix de ne plus vivre dans l'ombre, caché dans mon appartement partagé avec celui que j'aime où nous sommes le gentil couple de pédés discrets dont "on ne dirait pas qu'ils en sont" tellement ils sont accablants de "normalité", si tant est qu'une quelconque normalité sociale existe vraiment.

Dans quelques semaines et en dépit de l'acharnement d'une certaine frange (minoritaire) de la population qui a su mobiliser autour d'elle les derniers désespérés d'une moralité archaïque dont les tenants semblent vivre "dans un igloo" pour reprendre les propos de notre ministre de la Justice, j'accèderai enfin, à bientôt trente-sept ans à la pleine citoyenneté que mon pays est sensé offrir à tous ses ressortissants depuis plus de deux siècles. Il était temps.

Demain, par la force de la Loi et pour répondre au seul principe d'Egalité inscrit au frontispice de notre République, je pourrai définitivement ne plus me tenir à l'ombre et être marié à l'homme que j'aime, comme tous ceux qui en font le choix.

Parce que c'est le choix que nous avons fait que de nous unir.

Parce que désormais, il nous est donné la possibilité de choisir.

Glimpse, blog-crossé

Le texte de Tto sur cette même photo est ici