la premiere foisLorsqu’il m’en avait parlé, je m’étais dit qu’un slogan efficace pour résumer tout ça serait évidemment : « Quand le Capitole démonte la capitale » … Forcément, ça lui a plu, j’ai la faiblesse de croire que mon esprit est presque autant facétieux que le sien.

J’avais pensé faire plein de choses pendant cette rencontre … je voulais faire un jeu de piste avec un texto toutes les 3 minutes pour trouver le point de ralliement, un mot interdit à ne pas prononcer sous peine de se faire infliger un gage de mon cru … J’ai fait tourné en bourrique Chrisbi&Co à lui faire imaginer qu’il était convié à cette rencontre au sommet avec 14 autres personnes compte tenu du fait que la présence inopinée [ce qui n’est pas cochon] de l’hôte était rare donc suscitait l’engouement de la foule parisienne et pas que pour son physique fantasmatique qui recale nombre de crevettes qui hantent encore les calendriers des Dieux du Stade … Rugby oblige, c’était clair que la métaphore [oh oui, plus fort] s’impose.

Bref, tu l’as compris : la rencontre fanstasbuleuse Tto / Tambour Major a eu lieu à la faveur des derniers jours de l’année 2011 [comme quoi, elle ne fut pas que toute pourrite], en présence de Chrisbi&Co[mplètement confit dans l’alcool] et de la poiscaille [très en forme en plein milieu de ses congés … mais finalement, la question est désormais de savoir quand il ne l’est pas et surtout si ce n’est un problème de prénom qui veut ça]. Ah mais … c’est que le rendez-vous était bigrement important pour qu’en vedette américaine, Zolimari complète le casting furieusement tendance de ce grand moment. Bah oui … quand je pense que certains n’en ont toujours pas le début de prémices de l’ombre de la … silhouette, Zolimari était là ce soir là, c’est dire si c’était le moment must-be de l’année !!!

Evidemment, cela a été un moment très agréable. Mr TamBour Major [qui est Très Bien Maousse grand] était au zénith de l’apogée de son esprit que l’on sait TTTTTTBM [très très très très très très beaucoup malicieux], Zolimari était aussi en super possession de ses moyens [puisqu’en vacances euh non, en chômage], moi as usual [c’est ça les stars] et Chrisbi était dans l’état que ses artères permettent après les festivités de Noël dont tu imagines qu’elles furent délicates parce qu’il s’est couché plus tard que prévu, qu’il a trop mangé, qu’il a trop bu … bref comme les vieux quoi.
J’ai trouvé un resto sympa dans le XVIIè où il était annoncé que la cuisine française était assaisonnée à la sauce italienne et espagnole. Je me doutais bien que Mr TBM aimerait et que cela correspondrait à ce que tout le monde aimerait. Un serveur tout mignon [ce qui n’a pas échappé à certains prédateurs présents … tu les reconnaîtras] et une ambiance très tamisée ont permis d’installer une ambiance [après que Zolimari et moi ayons lutté pour trouver une place pour garer notre char].

Nous avons bien mangé, bien bu et bien rigolé. Comme de coutume, j’ai régalé mon Chrisbi [au point que Zolimari, qui n’est pas en reste non plus, m’a dit en rentrant « Quand même t’y vas fort avec lui » … ce à quoi, je réponds invariablement et avec justesse qu’il adoooooooooore ça. Oui, sache-le futur amant du Chrisbi, il adore quand tu y vas fort]. Mais bon, là, il avait sa tête de Musée Grévin et il pataugeait dans les litres d’alcool qu’il avait englouti pendant les 5 jours précédents.

En fait, Zolimari et moi avons passé une très bonne soirée parce que tout a bien pris immédiatement. Pas de timidité particulière, une évidente connivence, un cadre chaleureux malgré les -50° de l’extérieur et surtout une envie commune. Au sortir de ce dîner, Zolimari m’a dit : « Mais tu le connaissais Tambour Major, non ? » … Bah non, c’est juste qu’avec certains, le feeling passe de suite et qu’il n’y a pas de questions à se poser. Des références immédiates, le même humour [en cela catalysé par les fulgurances de Waquete qui est décidément le meilleur auteur des « Grosses Têtes » de RTL que je connaisse] et voila … voila comment on se dit qu’on fait bien de se donner un peu de mal pour organiser tout ça, en faisant plaisir à tout le monde et en se disant qu’on fait des rencontres sympathiques.
J’avais déjà eu un écho très favorable de la part de certains : « tu verras, il est trooooop beau », « il est passionnant », « il est souriant » … bref, à l’appui de l’opinion dont je dispose au sujet du domaine professionnel qui est le sien [et le mien], j’avais envie d’en savoir plus et surtout de voir le loustic dont j’avais, par commentaires, déjà pu mesurer [TBM je te dis] la faconde, la précision et l’esprit. Au cours du dîner d’ailleurs, nous avons échangé sur certaines références qui ont singulièrement tranché avec les discussions habituelles que l’on peut avoir lorsque l’on s’attable avec un blogueur [ce que Zolimari déteste, ne l’étant pas lui-même].

Une trahison de Waquete par ci [quel gredin celui-là], une brassée d’éclats de rire par là [oui , j’ai un peu fait le show mais c’est aussi le signe que j’étais content] … et voila comment plus de trois bonnes heures sont passées sans que l’on ne s’en rende compte.

Le soir même, Tambour Major m’a envoyé un petit texto pour me dire qu’il avait été ravi d’avoir rencontré Tto même s’il aurait bien aimé voir celui qui se cachait derrière. Je lui ai répondu que Tto n’est pas si éloigné de celui que je suis même si je confesse que certaines nuances existent. A cela il m’a répondu : « Je les ai bien ressenties ce soir ces nuances. Car je suis tout à fait conscient d’avoir vu tantôt l’un, tantôt l’autre. »
J’aime cette intelligence.

Tto, qui ajoute Tambour Major à sa juste place